La doctrine de Balaam

Par Samuel le dimanche, 15 janvier 2017. Publié dans Blog

La parole de Dieu est riche en exemples et enseignements pour nous aider dans notre marche avec Dieu. Ce qui s’est passé peut-être compris comme type, l’ombre des choses à venir, mais aussi comme avertissement. L’histoire de Balaam est riche d’enseignements pour les gens de notre époque, car Balaam est le type même du croyant qui a connu Dieu, qui a reçu des dons de Dieu, mais qui suit son propre chemin, et non la voie que Dieu lui montre. Balaam est un “vrai faux” prophète, qui trouve la mort, car il a désobéi à Dieu et a été séduit par le monde.

 

Qui est Balaam

 

Bien que le nom de Balaam soit cité plus de soixante-dix fois dans la Bible, on ne sait pas grand chose de lui:

 

[...] Balak, fils de Tsippor, était alors roi de Moab. Il envoya des messagers auprès de Balaam, fils de Beor, à Pethor sur le fleuve, dans le pays des fils de son peuple, afin de l'appeler et de lui dire: Voici, un peuple est sorti d'Égypte, il couvre la surface de la terre, et il habite vis-à-vis de moi. Viens, je te prie, maudis-moi ce peuple, car il est plus puissant que moi; peut-être ainsi pourrai-je le battre et le chasserai-je du pays, car je sais que celui que tu bénis est béni, et que celui que tu maudis est maudit. (Nombres 22:4-6)

 

Pethor est une ville sur l’Euphrate en Mésopotamie (Deut 23:4). Balaam ne fait pas partie d’Israël mais il a une réputation qui le précède car Balak sait que “celui que [Balaam] béni[t], est béni” et que cela est aussi valable lorsqu’il maudit quelqu’un.

Balaam vient d’un peuple païen, il ne vient pas du peuple choisi par Dieu et pourtant Dieu lui parle. Même s’il est d’un peuple païen, Balaam est un prophète car il parle de la part de Dieu. On ne sait rien d’autre de lui, on ne sait pas pourquoi il est assez célèbre pour que Balak envoie des émissaires si loin pour aller le chercher.

 

Résumé de l’histoire de Balaam

 

Balak, le roi de Moab, a peur d’Israel et envoie des émissaires chercher un prophète pour qu’il maudisse Israël. Ce prophète est Balaam. Balaam demande à Dieu l’autorisation de se rendre avec le groupe pour maudire Israël. Dieu refuse que Balaam se rende avec les émissaires de Balak et lui interdit de maudire Israël, car Israël est bénie.

Balaam transmet au groupe qui repart vers le roi la réponse négative que Dieu lui a donnée. Celui-ci envoie une autre délégation avec plus de cadeaux pour Balaam. Balaam redemande à Dieu qui, cette fois, lui dit d’aller avec eux et de faire ce qu’Il lui dira.

Balaam se met en route et Dieu se met en colère contre lui. Par trois fois l’ânesse de Balaam lui sauve la vie car l’Eternel se tenait devant lui, prêt à le tuer avec son épée. L’Eternel dit à Balaam de continuer son chemin et l’avertit une nouvelle foi en lui ordonnant de ne dire que ce qu’Il lui dira de dire.  

Par trois fois Balaam bénira ensuite Israël selon ce que Dieu lui disait au grand désespoir de Balak. Balaam donnera encore une prophétie sur ce qui arrivera entre autre à Moab. Ensuite, Balaam se sépare de Balak, la Bible ne dit pas clairement ce qu’il fait ni où il va.

 

En apparence, il semble que Balaam a fait ce que Dieu lui a dit: il a prophétisé, il a béni Israël et ne l’a pas maudit. Néanmoins, on peut se poser quelques questions sur ce passage.

Premièrement, pourquoi Dieu se met-il en colère contre Balaam qui va vers Balak alors que Dieu lui a donné l’autorisation de s’y rendre? Pourquoi Dieu épargne-t-il Balak?

 

Pourquoi Dieu veut-il tuer Balaam?

 

Dieu a répondu clairement à Balaam. Il lui a dit de ne pas aller vers Balak. Dieu ne parle pas en vain.

 

Dieu n’est point un homme pour mentir,

Ni fils d’un homme pour se repentir.

Ce qu’il a dit, ne le fera-t-il pas?

Ce qu’il a déclaré, ne l’exécutera-t-il pas?

(Nombres 23:19)

 

Il ne ment pas et il ne se repent pas de ce qu’il a dit. C’est pour cela que nous pouvons compter sur Ses promesses. Balaam avait donc reçu une réponse claire à sa question. Mais voilà, d’autres émissaires de Balak, plus prestigieux viennent voir Balaam avec la même demande. Balaam avait déjà la réponse: il ne devait pas aller maudire Israël car ce peuple est béni par Dieu. Il devait rester chez lui. Mais Balaam, au lieu de s’en tenir à ce que Dieu lui avait dit, décide de redemander à Dieu s’il peut y aller.

 

Comment Dieu pourrait-il revenir sur ce qu’il a dit, la bénédiction d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, etc. Comment pourrait-il revenir sur ses promesses à Israël à la demande d’un homme? Il ne peut pas. Balaam agit par manque de connaissance, il aurait dû savoir qu’Israël est béni et que Dieu ne changerait pas. Néanmoins, il provoque Dieu et s’entête en Lui posant la même question.

 

Dieu ne répond pas en disant “Je t’autorise à aller avec eux” mais Il dit  “Puisque ces hommes sont venus pour t’appeler, lève-toi, va avec eux; mais tu feras ce que je te dirai” (Nombres 22:20). Ce n’est pas la même chose. Balaam redemande à Dieu car il est intéressé par l’argent que Balak lui offre pour son travail. En effet Balaam “aima le salaire de l'iniquité” (2 Pierre 2:15).

Balaam redemande à Dieu l’autorisation de se rendre auprès de Balak car son coeur n’est pas pur. Il n’a pas de problème à faire quelque chose pour de l’argent. C’est l’attitude d’un mercenaire. Balak est venu avec une proposition, il n’a pas réussi à séduire Balaam, alors il revient avec une autre proposition, qui séduit Balaam.

Balaam joue a un jeux dangereux. En effet, il connaît la réponse de Dieu mais essaye de Le faire changer d’avis car il veut bénéficier des faveurs du roi Balak, des faveurs d’un roi du monde. En soit, ceci est déjà un très bon enseignement. Il faut faire ce que Dieu nous demande de faire, surtout quand nous avons reçu une réponse claire. Balaam essaie de suivre son coeur, ses désirs, sa chair au lieu d’obéir à Dieu. Cela fâche Dieu et c’est pour cela qu’il fait peur à Balaam et dit qu’il l’aurait tué si l'ânesse de Balaam n’avait pas évité l’Ange de l’Eternel sur le chemin. Balaam joue à l’innocent: “et maintenant, si tu me désapprouves, je m’en retournerai” (Nombres 22.34). Mais Balaam sait que Dieu le désapprouve. En effet, Dieu lui a demandé de ne pas suivre les hommes de Balak la première fois…

Balaam veut profiter de l’iniquité, et décide de ne pas lui obéir. La désobéissance est la source du péché et “le salaire du péché, c'est la mort” (Romains 6:23) Dieu hait “tous ceux qui commettent l'iniquité” (Psaumes 5:5).

 

Pourquoi Dieu ne tue donc pas Balaam?

 

Balaam mérite la mort, mais Dieu utilise encore Balaam. Il l’utilise pour bénir Israël et aussi pour prophétiser la fin de Moab, la fin de la nation dont Balak est le roi. Ce qu’a fait Moab est terrible au yeux de Dieu, on voit que les fils de Loth se sont attiré la colère de Dieu par deux fois:

 

3 L'Ammonite et le Moabite n'entreront point dans l'assemblée de l'Eternel, même à la dixième génération et à perpétuité, 4 parce qu'ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l'eau, sur le chemin, lors de votre sortie d'Égypte, et parce qu'ils ont fait venir contre toi à prix d'argent Balaam, fils de Beor, de Pethor en Mésopotamie, pour qu'il te maudisse.

(Deutéronome 23:3-4)

 

A cause de leurs actions ils sont condamnés à perpétuité. Moab recevra un dernier avertissement sur sa fin par la bouche de Balaam.

 

La mort que Dieu avait projetée pour Balaam n’avait été que différée. Lors de la conquête de la terre promise, “les enfants d'Israël [...] avaient aussi fait périr avec l'épée le devin Balaam, fils de Beor” (Josué 13:22).

 

Balaam aurait peut-être pu éviter la mort s’il n’avait pas agi selon son coeur pour recevoir l’argent de Balak en ne faisant que ce que Dieu lui avait dit de faire, de dire seulement ce que Dieu lui avait dit de dire. En effet, Balaam a enseigné à Balak à mettre “une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrent à la débauche” (Apocalypse 2:14).

 

Comme Balaam n’a pu remplir son contrat en maudissant Israël, il a proposé une autre solution à Balak. Pour que Dieu se mette en colère contre Israël il faut que les fils de Jacob désobéissent à la loi de Dieu:

1 Israël demeurait à Sittim; et le peuple commença à se livrer à la débauche avec les filles de Moab. 2 Elles invitèrent le peuple aux sacrifices de leurs dieux; et le peuple mangea, et se prosterna devant leurs dieux. 3 Israël s'attacha à Baal-Peor, et la colère de l'Éternel s'enflamma contre Israël. (Nombres 25:1-3)

 

Le plan de Balaam a fonctionné. Les fils d’Israël prirent des femmes étrangères, des moabites. En faisant cela ils désobéirent à un commandement de Dieu concernant la conquête de la terre promise (Deutéronome 7:3). De plus, les femmes étrangères entraînèrent les fils d’Israël dans l’adoration de dieux étrangers…

 

Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d'Israël à l'infidélité envers l'Éternel, dans l'affaire de Peor; et alors éclata la plaie dans l'assemblée de l'Éternel. (Nombres 31:16)

La Bible est claire, c’est Balaam qui a enseigné aux femmes de Madian comment faire pour détourner Israël, cela lui a coûté la vie.

 

Types

 

Chrétien

L’histoire de Balaam est intéressante à plus d’un titre pour nous qui vivons à la fin des temps. Balaam est un type du “grec”, du non juif à qui Dieu parle. Les juifs du temps de Jésus ne savaient pas que le message de Christ s’adressait aussi au non juif. C’est par une vision que Pierre comprit que les “animaux impurs” qu’il n’avait pas le droit de manger étaient un type représentant les païens qui sont maintenant déclarés purs par Dieu. C’est aussi en voyant des païens remplis du Saint-Esprit que les apôtres ont compris qu’ils devaient aussi baptiser les païens.

 

Balaam est un type du chrétien rempli de l’Esprit et qui possède le don de prophétie. Il représente aussi un chrétien qui marche selon la chair, qui suit son coeur et cela lui coûte sa vie, cela lui coûte son salut. Balaam a été séduit par le monde, par l’argent.

 

Epée

Il est fait mention deux fois dans la Bible de l’instrument qui a tué Balaam (Josué 13:22) et:

 

Ils tuèrent les rois de Madian avec tous les autres, Évi, Rékem, Tsur, Hur et Réba, cinq rois de Madian; ils tuèrent aussi par l'épée Balaam, fils de Beor. (Nombres 31:8)

 

L’Ange de l’Eternel qui avertissait Balaam en lui disant qu’il se trouvait sur un chemin de perdition voulait tuer Balaam. Il tenait aussi une épée à la main. L’épée, c’est la parole (Apocalypse 19:15) de Dieu et c’est cela qui met à mort les Balaams contemporains. C’est la verge de fer que le fils mâle va utiliser pour paître les nations.

 

Mercenaire

Balaam est aussi un mercenaire. Il ne vit pas par la foi. Il utilise sa position auprès de Dieu pour gagner de l’argent, pour vendre ses services même s’il doit faire des compromis avec la Parole. Son coeur n’est pas droit, il ne choisit pas d’obéir à Dieu inconditionnellement. En cela Balaam est un type des “pasteurs” et des “hommes de Dieu” qui sont prêts à faire des compromis sur la Parole pour toucher le salaire que leur organisation, leur assemblée leur donne. Pour cela, ils préfèrent écouter le monde, ils préfèrent être politiquement corrects et du coup, ils ne vivent pas par la foi.

L’Eglise de Pergame

 

Ecris à l’ange de l’Eglise de Pergame: Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë, à deux tranchants: Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure. Mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrent à la débauche. De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes. Repens-toi donc; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises: A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit. (NEG 1979. Apocalypse 2:12-17)

 

Dans cette lettre adressée à l’ange de l’église de Pergame, le troisième âge de l’église, nous retrouvons tous ces types. Le compromis des “gens attachés à la doctrine de Balaam” est un peu plus explicite.

 

Pergame Πέργαμος (Pergamos) (G4010) signifie “tour”ou “fortification” quand on prend comme racine de  “Pergame”: πύργος (pirgos) (G4444).  En effet, cette église a souffert des persécutions, mais elle a résisté, elle n’a pas renié la foi.

 

Mais Pergame, signifie aussi “mariage” quand on prend comme racine: γάμος  (gamos) (G1062). Bien que l’église de Pergame  ait gardé la foi, il y a des gens au milieu d’elle qui se sont attachés à la doctrine de Balaam. Balaam enseigna à Israël à prendre des femmes étrangères qui conduisirent Israël à prendre des dieux étrangers. Les femmes étrangères, ce sont les doctrines étrangères, les doctrines d’hommes, ce sont les filles de l’église dont Babylone est la mère, la mère des prostituées. Ces femmes étrangères conduisent aussi à l’adoration de faux dieux et conduisent à la mort.

 

On le voit bien dans ce passage. Si les gens ne se repentent pas, ils seront combattus par Dieu lui-même. Le sort de Balaam et des moabites a été la mort. Il n’y a aucune raison pour que Dieu change et fasse autrement.

 

Dieu reproche aussi à cette église d’avoir “des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes”. Rien n’est précisé concernant la doctrines des Nicolaïtes. On voit par contre l’évolution des différents âges: si l’église d’Ephèse haïssait les oeuvres des Nicolaïtes, l’église de Pergame, au contraire, a des gens qui y sont attachés.

 

Nous savons que “Nicolaïtes” veut dire “victoire sur le peuple de Dieu”. Ce sont des gens qui ont été vaincus par le cavalier au cheval blanc du premier sceau.

 

Cette église a encore la foi mais elle a besoin de se repentir, de se séparer du monde et de ses doctrines. Elle s’est mariée avec le monde, elle a été vaincue par le cavalier montant le cheval blanc.

 

Balaam vrai faux prophète

 

Balaam est un vrai prophète, mais il est charnel, intéressé par les choses du monde. Il est comme ceux de l’église de Pergame, il a la foi, il croit en Dieu mais il veut suivre son coeur, sa chair. Il reçoit des prophéties de Dieu, mais ce n’est plus un homme de Dieu car il a désobéi à l’Eternel. Le chemin sur lequel il se trouve le conduit à la mort et il entraîne d’autres personnes à qui il enseigne ses doctrines de démon.

 

Il représente bien des “hommes de Dieu” de notre époque, qui ont connu l’Eternel, mais qui se sont égarés. Ces “pasteurs” conduisent une foule innombrable de personnes en enfer, car ils suivent ces faux bergers aveuglément.  

 

Dans certains cas, ces personnes reçoivent de vraies prophéties, guérissent des malades et manifestent d’autres dons. Dieu en effet ne se repent pas de ses dons et utilise encore ces travailleurs d’iniquité.

 

Car les dons et la vocation de Dieu sont sans repentance (NEG 1979. Romains 11:29)

 

toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation (Jacques 1:17)

 

Ce sont, entre autres, ces personnes qui n’entreront pas dans le royaume des cieux:

 

21 Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22 Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? 23 Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. (Matthieu 7:21-23)

 

Comme Balaam, ce sont de vrais faux prophètes, des travailleurs d’iniquité qui ont réellement connu Dieu et qui ont choisi de marcher sur un autre chemin que sur celui de la Vérité.

 

Soyons donc prudent et écoutons ce que Dieu nous dit et surtout mettons le en pratique sans attendre.


24 C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. 25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc. 26 Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. 27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison: elle est tombée, et sa ruine a été grande. (Matthieu 7:24-27)

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.
  • Pour ne pas avoir à remplir le formulaire à chaque fois vous pouvez créer un compte
  • Vous pouvez utiliser Gravatar pour changer votre avatar.
Autre option de connection ci-dessous