Suis-moi! (partie 2)

Par Samuel le lundi, 11 mars 2013. Publié dans Suis-Moi!, Blog

Comment être un disciple de Christ

Devenir un disciple de Christ, c'est prendre une décision radicale. C'est sortir du monde pour entrer dans le royaume de Dieu. C'est mettre le Roi, Jésus Christ à la première place. Il n'y a plus de compromis possible. Un disciple de Christ ne peut se permettre d'avoir quoi que ce soit ou qui que ce soit qui ait plus d'importance que Jésus Christ et Sa volonté dans sa vie.

37 Celui qui aime père ou mère plus que moi, n'est pas digne de moi; et celui qui aime fils ou fille plus que moi, n'est pas digne de moi; 38 et celui qui ne prend pas sa croix et ne vient pas après moi, n'est pas digne de moi. 39 Celui qui aura trouvé sa vie, la perdra; et celui qui aura perdu sa vie pour l'amour de moi, la trouvera.

(Darby. Matthieu 10 :37-39)

Pour trouver Sa vie, il faut perdre la sienne. Perdre sa vie, c'est mourir à soi-même, mourir à ses désirs, à ses conceptions du monde. En perdant sa vie, donc en perdant son ego, son orgueil, nous pouvons nous placer sous la volonté de Dieu. Nous pouvons l'écouter et lui obéir, nous pouvons écouter notre conscience qui nous dit que ce que nous allons faire est mal et demander pardon à Dieu pour cela.

Etre un disciple de Christ, cela veut dire que personne dans notre vie ne passe avant Jésus Christ ; pas même notre père terrestre, notre femme ou nos enfants. Tout doit être fait par Dieu et pour Dieu. Nous devons chercher l'accord de Dieu et Sa volonté pour toute décision. En devenant disciple de Christ, nous devenons esclave de Dieu.

21 As-tu été appelé étant esclave, ne t'en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt. 22 Car l'esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur; de même, l'homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ. 23 Vous avez été rachetés à un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes. 24 Que chacun, frères, demeure devant Dieu dans l'état où il était lorsqu'il a été appelé.

(NEG 1979. 1 Corinthiens 7:21-24)

Aussi surprenant que cela puisse paraître, quand nous sommes du monde, nous sommes esclaves du péché. La liberté que nous croyons avoir est une fausse liberté qui nous éloigne de Dieu et de la vie. Le Seigneur nous affranchit, nous rend libre. Il devient notre Maître, nous sommes ses esclaves, mais en Lui nous sommes libres. Nous ne sommes pas libres de faire ce que nous voulons ce qui nous ramènerait immédiatement dans le monde et dans le péché, mais nous sommes libres d'agir dans les limites fixées par Dieu sans le joug des religions des hommes.

Jésus Christ nous aime, ce qu'Il nous demande de faire n'est pas contre nous, mais pour nous. La loi qu'Il nous impose se résume en deux phrases : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée» (Ibid. Matthieu 22:37) et « tu aimeras ton prochain comme toi- même » (Ibid. Matthieu 22:39). C'est en aimant son prochain qu'on ne pèche pas contre lui. En effet de ces deux lois découle toute la loi. Celui qui aime ne tue pas, celui qui aime respecte ses parents, celui qui aime ne veut pas faire de mal à son prochain en lui prenant sa femme, etc.

« Dieu est amour » (Ibid. 1 Jean 4:8). Dieu nous a créés « à son image » (Ibid. Genèse 1:27) et c'est Sa volonté que nous soyons « semblables à l'image de Son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères » (Ibid. Romains 8:29). Si Dieu est amour, nous devons aussi être amour et montrer de l'amour pour nos frères et nos ennemis. Car étant dans le monde, nous étions ennemis de Dieu, mais Il nous a quand même aimés à un point tel qu'Il « a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. » (Darby. Jean 3:16)

44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent], et priez pour ceux qui [vous font du tort et] vous persécutent, 45 en sorte que vous soyez les fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et envoie sa pluie sur les justes et sur les injustes. 46 Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense avez-vous? Les publicains même n'en font-ils pas autant? 47 Et si vous saluez vos frères seulement, que faites-vous de plus [que les autres]? Les nations même ne font-elles pas ainsi? 48 Vous, soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

(Darby. 5:44-48)

La différence entre un disciple de Christ et quelqu'un du monde, c'est que le disciple aime aussi ses ennemis, les gens qui sont méchants avec lui, qui le persécutent qui sont injustes etc. La personne du monde aime ceux qui l'aiment, ils saluent ceux qu'il connaît. Le disciple, lui comprend que tous les êtres qui sont sur la terre ont été créés par Dieu, que Dieu les aime et qu'Il veut aussi que ces personnes qui ne croient pas en Lui se repentent et marchent avec Lui. Dieu nous appelle à être semblable à Lui et donc à être parfaits. En aimant ceux qui nous persécutent, nous imitons le Christ, car Il est mort dans la persécution, dans la haine, pour que nous tous ayons la vie éternelle. Sur la croix, « [...] Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font [...] » (Darby. Luc 23:34). Alors qu'Il allait mourir, Jésus Christ intercédait pour ceux qui le tuaient.

Pour accomplir Sa mission sur la terre, Sa destinée, le Seigneur n'a pas aimé sa vie. Il est mort pour nous. S'il avait décidé de ne point mourir, s'il avait tenté de sauver sa vie. Il n'aurait pas agi selon la volonté divine. Ce sacrifice était nécessaire, Dieu est juste et Il ne change pas. Le châtiment pour les péchés est la mort. Nous méritons tous la mort. C'est pour cela que Dieu s'est pourvu d'un sacrifice expiatoire parfait et pur, sans péché: Il s'est incarné Lui-même dans la chaire et est mort pour nous. Dieu a payé le prix pour nos péchés. S'Il avait aimé sa vie plus que nous, Il ne se serait pas sacrifié. En tant que disciple de Christ, nous ne nous appartenons plus.

19 Ne savez- vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez de Dieu? Et vous ne vous appartenez point à vous- mêmes? 20 Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.

(Segond 1910. 1 Corinthiens 6:19-20)

Nous sommes le temple du Saint Esprit et nous appartenons à Dieu car Il nous a rachetés pour un grand prix. En tant que disciples nous ne pouvons plus faire ce qu'il nous plaît. Nous devons sortir du monde, nous devons nous séparer complètement de tout ce qui est du monde. Nous ne pouvons pas faire de compromis. Nous devons être tellement séparés du monde que si nous devons mourir pour le Seigneur, alors nous mourrons. Nous devons nous séparer de tout ce qui se met entre nous et le Seigneur, entre nous et notre communion avec Lui.

Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l'empêchent de vous écouter.

(Segond 1910. Esaïe 59 :2)

Le monde, c'est l'habitation du péché. En étant dans le monde, on vit dans le péché, nous servons le mal. Notre maître, n'est pas Dieu mais Satan et nous faisons ses œuvres. Nos crimes, nos péchés, sont entre nous et Dieu. Tant que nous vivons dans le péché, nous sommes condamnés, nous sommes séparés de Dieu. Si nous nous tournons vers le Seigneur, et que nous Lui demandons pardon pour notre vie d'iniquité, Il nous pardonne et nous donne la vie. Nous ne sommes plus sous Son jugement car nous nous sommes jugés nous-mêmes. Nous devons continuer à nous juger, jusqu'à ce que nous remportions la course. Nous devons tellement nous séparer du monde que notre volonté doit être la volonté du Seigneur. Avant, notre volonté était tournée vers les choses et les plaisirs du monde. Dieu nous transformant, notre volonté est aussi transformée et elle se tourne vers les choses d'en haut, vers les choses du Royaume de Dieu. Ainsi nous ne voulons plus faire ce qui est mauvais et ce qui déplaît à Dieu, mais nous voulons faire ce qui Lui plaît, car « celui qui est uni au Seigneur est un seul esprit [avec lui]. » (Darby. 1 Corinthiens 6 :17)

Ceux qui ne prennent pas la peine de se réconcilier avec Dieu, seront, lors du jugement dernier, condamnés à la deuxième mort. Cette deuxième mort est la séparation éternelle d'avec Dieu.

Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.

(Segond 1910. Apocalypse 21:8)

L'apôtre Jean donne une liste condensée de péchés, une liste de choses qui nous séparent de Dieu. Mathieu nous apprend ce qu'il faut craindre : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne. » (Segond 1910. Matthieu 10:28). Notre salut se trouve donc dans la crainte de Dieu. Cette crainte montre le respect qu'un disciple de Christ a pour ce que son Maître lui demande de faire, du respect pour les commandements que ce Dernier lui donne. Un disciple de Christ se sépare du monde, se sépare du péché, se sépare du mal.

La crainte de l'Eternel c'est de haïr le mal.

(Martin 1744. Proverbe 8:13)

Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27 Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

(Segond 1910. Luc 14:26)

Ces paroles, qui à première lecture semblent si terribles, doivent déjà être plus limpides. En effet, ce passage nous dit de haïr nos parents et notre femme et même notre propre vie. Nous comprenons déjà que nous ne devons pas aimer notre vie car elle ne nous appartient pas. Aimer notre vie à tel point que nous refusons de la perdre pour Dieu, d'y renoncer pour Lui démontre notre amour propre, notre égoïsme. Cela montre aussi que nous ne sommes pas morts à nous même, à notre propre volonté et que nous ne sommes pas prêts à suivre le Seigneur en toutes choses, à suivre Celui qui a donné Sa vie pour nous.

Celui donc qui ne hait pas ses parents, ses enfants ou sa femme ne peut pas suivre le Seigneur, ne peut pas être son disciple. Cette haine est de la séparation, c'est la séparation d'avec notre ancienne vie. En tant que disciple de Christ, Jésus doit être à la première place dans notre vie. Si nous avons dans notre famille, nos parents, notre femme ou nos enfants ou quoique ce soit d'autre qui est à la première place, alors nous sommes idolâtres et nous savons que les idolâtres expérimenteront la deuxième mort, ils seront séparés de Dieu.

Ce passage est aussi un avertissement, le Seigneur nous demande de n'avoir rien entre nous qui nous empêche de Le servir, un père qui ne veut pas que nous servions le Seigneur, une femme qui empêche le disciple d'obéir au Seigneur selon Sa volonté et non selon la volonté de notre femme. Cette haine que nous devons avoir, c'est une haine de tout ce qui nous éloigne de Dieu, même si c'est notre femme ! Si nous nous mettons en conformité avec le Seigneur, Il est fidèle et Il travaillera le cœur de nos parents, enfants, ou femme pour qu'eux aussi mettent le Seigneur Jésus à la première place.

Ce passage fait aussi écho à Matthieu 6:24 (ou Luc 16:13) « Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre ». En effet si nous écoutons les désirs de notre famille ou de qui que ce soit, nous ne sommes pas complètement consacrés à Dieu. Nous essayons de servir deux maîtres : un qui se trouve dans le monde et Dieu. La Bible est claire, cela est impossible.

Le Seigneur nous demande aussi de porter notre croix. Notre croix représente les luttes qu'en tant que disciples nous allons devoir traverser. En effet, en se tournant vers Dieu, en devenant son disciple nous sommes accueillis à bras ouvert dans une nouvelle famille, mais si nos parents, notre femme, nos enfants sont dans le monde, des tribulations terribles commencent. Les êtres qui nous sont le plus chers, vont nous faire beaucoup de mal. En aucun cas nous ne devons renier Dieu et retourner dans le monde. Il est juste de réclamer les membres de nos familles à Dieu, de prier pour eux, de leur pardonner toutes les offenses qu'ils nous font car Dieu répond à la prière du juste (Jacques 5:16).

L'amour n'est pas l'opposé ou l'antonyme de la haine. Il y a bien plus dans l'amour juste que dans la haine. L'amour nous fait aimer ceux qui nous haïssent et même si Dieu à de la haine pour le mal, pour le péché, Il aime toutes Ses créatures : « Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » (Segond 1910. 2 Pierre 3:9).

Le Seigneur lui-même aime les pécheurs, Il veut qu'eux aussi se repentent et se tournent vers lui. La haine selon Dieu n'est pas incompatible avec l'amour. « Mais à vous qui écoutez, je vous dis: Aimez vos ennemis; faites du bien à ceux qui vous haïssent » (Darby. Luc 6 :27) Le monde hait les disciples de Christ d'une haine qui peut les conduire à frapper, à insulter voire même tuer. La haine que Dieu nous demande est une haine qui ne conduit pas à la violence. C'est une haine qui nous demande de nous séparer et qui nous commande d'aimer ceux qui sont contre nous. Cette haine du mal et non des personnes qui commettent le mal est une haine qui pousse le disciple à témoigner de l'amour que Dieu a pour les méchants. Ce n'est pas une haine qui voudrait que les disciples exterminent les infidèles comme les religions du monde l'enseignent. Un disciple de Christ, au contraire, est prêt à perdre sa vie pour le témoignage qu'il porte, sa haine du mal le conduira à se séparer du mal, même si cela doit le conduire à la mort physique en se sacrifiant plutôt qu'en commettant le mal lui-même pour sauver sa propre vie en reniant ce en quoi il croit.

Un disciple de Christ est une personne qui a répondu positivement à l'appel du Seigneur, qui a laissé son ancienne vie pour en prendre une nouvelle en Christ. C'est une personne qui est morte à elle-même et qui accepte de supporter les épreuves qui sont devant elle. Les épreuves que Dieu met devant ses disciples sont là pour tester leur fidélité et pour les perfectionner. On peut voir cela par exemple avec l'histoire d'Abraham auquel Dieu a demandé de sacrifier son fils (Genèse 22) ou encore les quarante ans que Moïse a passés dans le désert avant qu'il puisse se tenir devant le pharaon pour faire sortir son peuple d'Egypte (Exode 1- 7).

Tous les disciples de Christ auront leurs tests et leurs épreuves. Le but de Dieu dans ces derniers jours dans lesquels nous vivons est de se préparer une Epouse sans tâche ni ride, qui soit parfaite et à Son image. Dieu ne veut pas d'une épouse qui n'a pas la foi ou qui est ridée par le péché. Lui qui est parfait comment pourrait-Il accepter l'imperfection ? C'est pour cela qu'à travers les épreuves, Il nous purifie pour nous débarrasser de toute iniquité, pour nous apprendre la patience, l'amour, la fidélité etc. Alors « quand le Christ qui est notre vie, sera manifesté, alors vous aussi, vous serez manifestés avec lui en gloire.» (Darby. Colossiens 3 :4). Car « le disciple n'est point par-dessus son maître; mais tout disciple accompli sera rendu conforme à son maître. » (Martin 1744. Luc 6:40).

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.
  • Pour ne pas avoir à remplir le formulaire à chaque fois vous pouvez créer un compte
  • Vous pouvez utiliser Gravatar pour changer votre avatar.
Autre option de connection ci-dessous